Media-Ratings observe et analyse le contenu des médias suivants :
&
  • d'autres médias écrits et audiovisuels

Harry Potter : Europe 1 et Jean-Pierre Elkabbach offrent un spot de pub

Mis en ligne le 2 octobre 2005

Le 30 septembre 2005, le président d’Europe 1, Jean-Pierre Elkabbach, a interviewé la directrice de Gallimard Jeunesse, Edwige Pasquet, au sujet du lancement du 6ème tome d’Harry Potter.

Le choix de cet invité peut paraître étonnant quand on le rapporte aux pratiques habituelles de Jean-Pierre Elkabbach et à l’actualité de ce jour.

En effet, le président d’Europe 1 interviewe quotidiennement des personnalités reconnues des mondes politiques, intellectuels et économiques, français ou étrangers.

Or, si le lancement du 6ème tome d’Harry Potter est l’événement du jour dans le monde de l’édition, il semble qu’il y avait de nombreux sujets dignes d’intérêt dans l’actualité de ce jour : le référendum algérien, le fait que Dominique de Villepin dépasse pour la première fois Nicolas Sarkozy dans les sondages, la nouvelle donne à la SNCM, la baisse du chômage en août, le budget 2006…

Pourtant, Jean-Pierre Elkabbach a délibérément choisi d’interviewer une personnalité inconnue du grand public, ainsi que d’interroger deux jeunes fans d’Harry Potter en soutien de l’argumentaire commercial de l’invitée principale.

Afin de comprendre ce surprenant choix éditorial, il est nécessaire de rappeler qu’Europe 1 appartient au groupe Lagardère qui est, par ailleurs, un acteur essentiel de la diffusion du livre en France.

En effet, par l’intermédiaire de sa filiale, Hachette Distribution Services, Lagardère anime un réseau de plus de 3800 magasins (Virgin, Relay…) qui vendent, entre autres, des livres.

Or, le 6ème tome d’Harry Potter représente un énorme potentiel de vente pour les libraires, comme le confirme Antoine Gallimard : « A titre d’exemple, Harry Potter dont je suis l’éditeur en France. C’est deux millions d’exemplaires en trois semaines ».

Et comme le souligne un rapport remis au ministère de la Culture en 2003 : « L’activité de distribution apparaît…comme une des plus rentables du secteur du livre en même temps que l'une des moins risquées ».

Jean-Pierre Elkabbach a donc offert une véritable page de publicité de plus de 10 minutes à la distribution de livres en France, donc son actionnaire, Lagardère, profitera largement.

Au cours de l’entretien, la directrice de Gallimard jeunesse a affirmé que « le meilleur argument de vente c’est de voir l’engouement des lecteurs ».

En bon publicitaire, Jean-Pierre Elkabbach a alors donné la parole à deux interlocutrices anonymes, procédure inédite dans son émission. La première, élève institutrice, décrite comme une « fan absolue, totale et définitive », a ainsi pu profiter de son temps d’antenne pour « encourager la lecture du livre aux enfants pour les valeurs que ce livre véhiculent ». La seconde a lu le livre en anglais et affirmé que l’inspiration du dernier tome est toujours aussi forte et que le livre a gagné « en intensité ».

Il semble donc que le numéro de promotion avait été bien rodé avant l’émission.

A ceux qui prétexteraient que le lancement de ce livre est véritablement l’événement du jour, rappelons que Jean-Pierre Elkabbach ne reçoit pas les producteurs ou les distributeurs de films événements pour leurs sorties. Il est vrai que le groupe Lagardère ne dispose pas d’un réseau de salles de cinéma.

Deux questions se posent alors :

- Est-ce que Jean-Pierre Elkabbach a choisi tout seul de saboter son interview quotidienne au profit de la santé financière du groupe qui l’emploie ?

- Est-ce que le groupe Lagardère a contraint Jean-Pierre Elkabbach à diffuser cette page de publicité en lieu et place de son interview quotidienne ?

En tout état de cause, il apparaît qu’ Europe1 a enfreint les critères suivants de la méthode PHILTRE :

- Liberté : par rapport aux actionnaires du média,

- Exhaustivité : hiérarchisation de l’information.

N'hésitez pas à réagir à cet article
Envoyer cet article à un ami
Recevez l'actualité de Media-Ratings :

contact@M-R.fr