Media-Ratings observe et analyse le contenu des médias suivants :
&
  • d'autres médias écrits et audiovisuels

Pour Libération, ce n’est pas grave de diffuser une fausse information

Mis en ligne le 22 septembre 2005

Le mardi 20 septembre 2005, Libération a publié un article sur l’ex-journaliste vedette de la chaîne américaine CBS, Dan Rather : Dan Rather dénonce un «climat de peur» dans les médias

Dan Rather y est décrit comme une victime de « pressions » de la part des « milieux conservateurs » alors que la raison pour laquelle ce journaliste américain a été contraint de quitter son poste est qu'il a présenté une enquête, à charge, sur le président Bush qui s’appuyait de faux documents.

Cette faute journalistique avait été découverte par des blogs américains, et avait conduit la chaîne américaine CBS à se séparer de nombreux éléments de l’équipe journalistique en cause. Vous trouverez de nombreux éléments sur la façon dont CBS a traité l'affaire en cliquant sur ce lien.

Or Libération a préféré pointer du doigt ceux qui ont dénoncé la faute de ce journaliste, en précisant leur orientation politique, plutôt que de s’attarder sur l’importance de l’infraction journalistique commise : « Le départ à la retraite de Dan Rather a été accéléré l'an dernier, sous la pression des milieux conservateurs : des blogs avaient démontré que certains documents présentés par Dan Rather pendant la campagne électorale, pour décrire les pistons dont avait bénéficié Bush pendant son service dans les National Guards, étaient des faux. »

Libération réussit donc le tour de force de faire passer pour une victime un faussaire pris en flagrant délit de bidonnage.

Peut-être que pour Libération, l’utilisation d’un faux ne constitue pas une infraction suffisante pour qu’un média décide de se séparer d’un collaborateur ?

Espérons que lorsque la vérité sera révélée au grand public dans l’affaire qui oppose France 2 à Media-Ratings, les médias français n’inverseront pas les rôles en décrivant ces évictions à venir comme le résultat de pressions extérieures, alors que ces limogeages seront uniquement dus à la gravité de la faute commise, c'est-à-dire à la diffusion par France 2 d'une mise en scène en lieu et place d’un reportage d’information.

De façon anecdotique, notons que Libération a été si fier de cet article qu’il a été publié à nouveau dans l’édition du lendemain.

N'hésitez pas à réagir à cet article
Envoyer cet article à un ami
Recevez l'actualité de Media-Ratings :

contact@M-R.fr