Media-Ratings observe et analyse le contenu des médias suivants :
&
  • d'autres médias écrits et audiovisuels

Quel est réellement l’état de santé de Jacques Chirac ?

Mis en ligne le 7 septembre 2005. Ajout du 9 septembre 2005.

Le vendredi 2 septembre 2005, Jacques Chirac a été hospitalisé à l’hôpital militaire du Val-de-Grâce.

Depuis, les médias français ont essayé de nous informer sur l’état de santé du président.

La tâche ne leur a pas été facilitée par les services de l’Elysée qui ont cherché à maîtriser entièrement la communication médicale, au point que le président du Conseil de l’ordre des médecins, Jacques Roland, a affirmé dans La Croix du mercredi 7 septembre 2005 :

« Pour moi, ces communiqués n’émanent pas des médecins qui soignent le chef de l’Etat…. Les communiqués présentés comme médicaux, sont en réalité des textes mis au point par le patient, ses proches et ses conseillers. Nous ne sommes plus dans la communication médicale mais dans le filtrage d’informations d’origine politique. Ces textes sont rédigés par des conseillers et ensuite, dans un souci d’authenticité, sont lus par un médecin chargé de la communication. »

De plus, deux éléments troublants, qui n’ont pas été soulignés par les médias français, conduisent à s’interroger sur l’état de santé réel de Jacques Chirac :

- Bernadette Chirac portait une tenue noire - voir photo - lorsqu’elle s’est rendue pour la première fois au chevet de son mari.

- L’entourage de Jacques Chirac a prétendu que ce dernier s’était entretenu pendant 45 minutes avec le chancelier allemand, Gerhard Schröder, alors que certaines sources faisaient état de troubles de la parole. Le président du conseil espagnol, José Luis Zapatero, de même que deux proches du chef de l’état, Jean-Louis Debré et Pierre Mazeaud, ont tenté de joindre Jacques Chirac, sans succès. Rappelons que Gerhard Schröder est un allié inconditionnel de Jacques Chirac, et qu’il pourrait être devenu son meilleur alibi pour prouver qu’il n’y a pas de vacance du pouvoir. De plus, leurs conversations se faisant par l’intermédiaire d’un interprète, le chancelier allemand pourrait ne s’être rendu compte de rien s’il y avait eu une manipulation. Pour finir sur les éventuels troubles de la parole du président, rappelons que lors du discours de Jacques Chirac à la conférence des ambassadeurs, le 29 août 2005 à Paris, de nombreux observateurs avaient déjà remarqué les problèmes d’élocution du président.

Il semble donc que de nombreuses zones d’ombre subsistent.

Le Monde, Libération et La Croix ont émis des doutes concernant la communication sur la santé du président, alors que Le Figaro s’est uniquement fait le porte-parole des communiqués émis par l’entourage du président.

Le Monde du 6 septembre 2005 : « Pourquoi, surtout, M. Chirac ne prévient-il pas son premier ministre, alors qu'il est hospitalisé une nuit, ce qui n'est pas un mince événement pour un président de la République ? »

« Après l'épisode sur la surdité de M. Chirac, en novembre 2004, cet événement relance le débat sur la transparence à propos de la santé du président. »

Le Monde du 6 septembre 2005 publie un éditorial « Secret-santé » : « En France, on pratique un culte du secret qui a peu à envier à celui naguère observé par le Kremlin vis-à-vis des dirigeants de l'ex-Union soviétique »

Libération du 5 septembre 2005 « Zones floues sur un «petit accident vasculaire » :

« Pourquoi a-t-il été annoncé si rapidement que le président de la République resterait hospitalisé une semaine, délai long et renvoyant à une situation médicale plus complexe

« Le bulletin de santé du Service des armées semble indiquer que l'incident était très mineur. Mais ce service sait à l'occasion faire preuve de diplomatie, comme ce fut le cas lors de l'hospitalisation de Yasser Arafat en France. »

Le Figaro, quant à lui, s’est fait le porte-parole des services de communication et de l’information de santé des armées comme le montrent les titres des articles publiés :

Le 3 septembre 2005 : « Chirac hospitalisé une semaine pour «un petit accident vasculaire » »

Le 4 septembre 2005 : « L'état de santé de Jacques Chirac jugé «très satisfaisant» »

Le 7 septembre 2005 : « Evolution très favorable de l'état de Chirac »

Le 7 septembre 2005 : « Chirac devrait sortir de l'hôpital «dans quelques jours»

Enfin, notons qu’à la sortie du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement, Jean-François Copé, a affirmé que Jacques Chirac serait de retour à l’Elysée « d’ici à la fin de la semaine ».

Faut-il accorder un quelconque crédit à cette déclaration lorsqu’on se souvient que des sources élyséennes avaient affirmé, contre toute évidence, que Jacques Chirac ne portait pas de prothèse auditive, alors que Roselyne Bachelot avait révélé cette information au grand public ?

------------------------------

Ajout du 9 septembre 2005

Nous venons d’apprendre que le président français vient de sortir de l’hôpital en bonne forme apparente.

Nous ne pouvons que nous en réjouir mais rappeler que si nous, comme d’autres, nous sommes posés des questions sur la véracité des communiqués émis par les conseillers de Jacques Chirac, c’est bien parce que ces derniers se sont livrés à de nombreuses manipulations médiatiques.

Rappelons pour mémoire les traitements médiatiques des différentes prises d’otage ou l’interventionnisme présidentiel pour faire interdire d’antenne le président de la commission européenne, Manuel Durao Barroso.

Nous enquêtons actuellement sur une importante manipulation médiatique dans laquelle le président français et son entourage seraient impliqués. Nous ne manquerons pas de vous informer lorsque nous parviendrons à nos conclusions.

N'hésitez pas à réagir à cet article
Envoyer cet article à un ami
Recevez l'actualité de Media-Ratings :

contact@M-R.fr