Media-Ratings observe et analyse le contenu des médias suivants :
&
  • d'autres médias écrits et audiovisuels

Attentats de Londres : Le Parisien dérape… et rectifie

Mis en ligne le 8 juillet 2005 et ajout du 10 juillet 2005

Le Parisien, et sa version nationale Aujourd’hui en France, ont titré en première page ce vendredi 8 juillet 2005, au lendemain des attentats qui ont frappé la capitale britannique :

« AL-QAIDA PUNIT LONDRES »

Or, selon le petit Larousse 2005, le mot « punir » contient la notion de « châtier un acte délictueux pour une faute » et de « réprimer un délit ».

Lorsque le terrorisme frappait la France - en 1986 et 1995 à Paris et en 2002 à Karachi - Le Parisien a-t-il aussi considéré que le GIA ou les terroristes pakistanais punissaient la France ?

Pour Le Parisien, la faute de Londres serait-elle d’avoir ravi les JO 2012 à Paris ?

-----------------------

Ajout du 10 juillet 2005

Le Parisien, et sa version nationale Aujourd’hui en France, viennent de se montrer exemplaires dans la gestion de ce qui nous était apparu comme un dérapage.

En effet, dès le lendemain, ils ont eu l’honnêteté intellectuelle de s’excuser et de publier ceci :

« A nos lecteurs

Un certain nombre de lecteurs se sont étonnés, voire indignés de notre manchette d’hier : « Al-Qaïda punit Londres », considérant que le verbe punir suppose qu’il y a eu faute. Bien sûr, la capitale britannique n’en a commis aucune.

Nous sommes désolés de ce malentendu et nous présentons nos excuses à ceux que nous avons choqués. Notre titre voulait seulement traduire le fait qu’Al-Qaïda s’arroge le droit de sanctionner ce qu’il juge comme étant le bien ou le mal.

La rédaction »

N'hésitez pas à réagir à cet article
Envoyer cet article à un ami
Recevez l'actualité de Media-Ratings :

contact@M-R.fr