Media-Ratings observe et analyse le contenu des médias suivants :
&
  • d'autres médias écrits et audiovisuels

Les médias français dissimulent « l’écologiste » et le «multilatéraliste » qui est en Bush

Mis en ligne le 4 mai 2005

Le mercredi 27 avril 2005, George W. Bush a dévoilé son plan en matière de politique énergétique : l’Energy Policy Act of 2005.

Ce plan, qui avait été initié en 2001, puis voté le 28 avril 2005 par la Chambre des Représentants, met en place une batterie de mesures dont le but à long terme est de modifier la façon dont les Etats-Unis consomment et produisent de l'énergie.

Le Monde du 28 avril 2005 a, dans « George W. Bush promet d'encourager l'énergie nucléaire », repris une dépêche de l’AFP du 27 avril 2005 relatant cette information, en insistant sur le redémarrage du programme nucléaire américain et sur le fait que le président américain prenait exemple sur l’utilisation de l’énergie nucléaire par la France.

De même, La Croix du 28 avril 2005 publiait un article qui se focalisait sur « l’exemple nucléaire français » :

« Selon les informations distillées par la Maison-Blanche, il devait principalement défendre une réforme énergétique qui mise sur la construction de raffineries sur le sol américain et sur l’énergie nucléaire. Un «avenir énergétique plus sûr aux États-Unis doit inclure plus de nucléaire», avait-il déjà expliqué dans un discours prononcé la veille, durant lequel il a donné l’exemple… de la France. «Malheureusement, l’Amérique n’a construit aucune centrale nucléaire depuis les années 1970, a-t-il constaté. Dans le même temps, la France a au contraire fabriqué 58 réacteurs et aujourd’hui plus de 78 % de l’électricité en France vient de centrales nucléaires sûres et propres. Il est temps pour l’Amérique d’en construire à nouveau.»

Or, après étude, il apparaît que l’ Energy Policy Act est beaucoup plus vaste que ce que les médias français nous en ont dit, et comprend notamment des mesures en faveur des énergies propres.

En effet, selon les propos du ministre américain de l'Energie, Spencer Abraham, qui résume le rapport sur la politique énergétique des Etats-Unis et la sécurité énergétique mondiale :

« L'obtention d'un approvisionnement énergétique fiable et durable exigera l' adoption de systèmes énergétiques de pointe. C'est pourquoi l'un des aspects fondamentaux de la politique énergétique américaine est un ensemble de nouvelles technologies qui promettent de modifier fondamentalement la façon dont nous produisons et consommons l'énergie.

L'initiative FreedomCAR and Hydrogen Fuel du président Bush promet précisément cela. L'hydrogène peut être produit à partir d'un grand nombre de sources existant aux Etats-Unis - qu'il s'agisse des énergies renouvelables, des combustibles fossiles ou du nucléaire - et il peut nous affranchir de notre dépendance à l'égard de l'étranger. Cette initiative présidentielle représente un engagement envers une future économie fondée sur l'hydrogène… Au cours des cinq prochaines années, les États-Unis projettent de consacrer 1,7 milliard de dollars à des programmes visant à surmonter divers obstacles techniques et économiques à la mise au point et à l'utilisation, dans l'industrie automobile, de l'hydrogène, de la pile à combustible et de technologies de pointe ».

Il semble aussi qu’un autre élément d’information ait échappé aux médias français. En effet, dans le cadre de ce programme énergétique, les Etats-Unis ont proposé une approche multilatéraliste, puisque de nombreux partenariats internationaux ont été proposés par le gouvernement américain, comme le confirment ces quelques lignes, extraites du rapport du ministre américain de l'Energie, La politique énergétique des Etats-Unis et la sécurité énergétique mondiale : « Les États-Unis sont à l'origine de la formation du Partenariat international pour l'économie de l'hydrogène (International Partnership on the Hydrogen Economy ou IPHE) dans le but de coordonner et d'accroître les programmes internationaux de recherche sur l'hydrogène. L'IPHE doit s'attaquer aux obstacles techniques, financiers et institutionnels à la production de l'hydrogène et mettre au point des normes techniques internationales afin d'accélérer l'introduction de nouvelles technologies sur le marché ».

Est-ce que ces éléments du programme énergétique américain, montrant une Amérique préoccupée par l’environnement et agissant de façon multilatérale, ont été occultés par les médias français parce qu’ils ne correspondent pas à l’image que ces médias véhiculent sur les Etats-Unis et sur leur président ?

A moins que le seul objectif de ces articles était de se faire l’ écho d’un compliment sur la politique nucléaire de la France, même ou surtout, si celui-ci vient d’un homme, le président George W. Bush, que les médias français ne portent pas dans leur cœur ?

Il apparaît donc que Le Monde, La Croix et l’ AFP, ainsi que certains médias audiovisuels, ont enfreint les critères suivants de la méthode PHILTRE :

- Exhaustivité : Non omission (ou simplification excessive) d'éléments essentiels à l'intelligibilité de l'information présentée,

- Précision : exactitude de l'information.

N'hésitez pas à réagir à cet article
Envoyer cet article à un ami
Recevez l'actualité de Media-Ratings :

contact@M-R.fr