Media-Ratings observe et analyse le contenu des médias suivants :
&
  • d'autres médias écrits et audiovisuels

Le Figaro favorise le « oui » : erreur volontaire ou lapsus révélateur ?

Mis en ligne le 13 avril 2005

Dans le cadre de la campagne en vue du référendum constitutionnel du 29 mai 2005, certains médias prennent ouvertement position pour le « oui » ou pour le «non ». D’autres font passer leurs préférences de façon plus ou moins subtile.

Toutefois, il semble qu’il existe un autre moyen pour décrypter les désirs cachés de certaines rédactions : le lapsus calami, ou plus prosaïquement, la faute qui consiste à substituer au terme attendu un autre mot. Le Larousse nous apprend que « la psychanalyse le considère comme une variété d’acte manqué ».

Ainsi, Le Figaro du 13 avril 2005 a publié un article - « Dupont-Aignan fait donner l'« artillerie gaulliste » » - dont le surtitre est « Deux anciens collaborateurs du général appellent à voter oui ».

Rappelons que Nicolas Dupont-Aignan est député UMP de l’Essonne, et qu’il est partisan du « non ».

Or, lorsque l’on lit attentivement l’article du Figaro, on s’aperçoit que les « deux anciens collaborateurs du général » - Pierre Lefranc et Pierre Maillard - ont été réunis à l’Assemblée nationale par M. Dupont-Aignan et qu’ils appellent à voter « non » comme le prouvent quelques citations de l’article du Figaro :

« Le général de Gaulle doit se retourner dans sa tombe »…

Ils ont appelé « leurs concitoyens qui s’inspirent du message du plus grand des Français à voter non à une Constitution qui détruit la capacité de la France à décider de son destin »… Les deux gardiens de l’orthodoxie gaulliste sont convaincus que le fondateur de la cinquième République n’aurait jamais accepté « les abandons de souveraineté » prévus par la Constitution européenne ». La création d'un ministre des Affaires étrangères de l'Union, le lien renforcé entre les Vingt-Cinq et l'Otan, le recours croissant au vote à la majorité qualifiée au détriment de la règle de l'unanimité : autant de signes, pour les deux hommes, d'une «disparition à terme des nations européennes». Pierre Maillard a aussi estimé que «de Gaulle n'aurait jamais accepté que la Turquie puisse faire partie de l'Europe».

Il apparaît alors clairement que le surtitre de l’article aurait dû être - « Deux anciens collaborateurs du général appellent à voter non » - et que la phrase publiée par Le Figaro a induit en erreur les lecteurs qui n’auront pas lu l’ensemble de l’article. Or, des études ont démontré que, par manque de temps, de nombreux lecteurs ne lisent que les titres ou les phrases mises en exergue.

On peut alors se demander si Le Figaro a commis une erreur volontaire ou un lapsus révélateur.

En tout état de cause, les critères suivants de la méthode PHILTRE ont donc été enfreints par Le Figaro :

- Précision : exactitude de l’information,

- Homogénéité : cohérence des titres avec l’information développée.

----------

Ajout du 14 avril 2005

Le Figaro du 14 avril 2005 a publié « En bref » :

« Gaullisme

Lefranc et Maillard pour le non

Pierre Lefranc et Pierre Maillard, deux anciens collaborateurs du général de Gaulle, réunis mardi par le député UMP Nicolas Dupont-Aignan, appellent bien à voter non au référendum du 29 mai, comme nous l’écrivions hier.

Les deux hommes ont reçu le soutien de six autres anciens collaborateurs du fondateur de la cinquième République. Une malencontreuse erreur de transmission a pu laisser planer le doute sur le sens de leur engagement. »

Le critère de Transparence - suite donnée aux erreurs - de la méthode PHILTRE a été respecté par Le Figaro, même si l’explication par « l’erreur de transmission » peut laisser sceptique.

N'hésitez pas à réagir à cet article
Envoyer cet article à un ami
Recevez l'actualité de Media-Ratings :

contact@M-R.fr