Media-Ratings observe et analyse le contenu des médias suivants :
&
  • d'autres médias écrits et audiovisuels

France 2 choisit son camp : ses annonceurs et son actionnaire

Mis en ligne le 21 mars 2005

Dans les situations de conflit, dans les combats politiques ou dans la concurrence entre entreprises privées, il faut disposer d’avis divergents pour être en mesure de se faire une opinion.

Telle n’est visiblement pas la position de la direction de l’information de France2.

Cela a pu être constaté ce mercredi 16 mars 2005, sur deux sujets différents, aux journaux télévisés de 13 heures et de 20 heures.

Le 13 heures, le service des renseignements, le 12 et le 39 12

L’édition du 13 heures de France 2 du 16 mars 2005 a présenté un nouveau service de renseignement téléphonique, concurrent du 12 de France Télécom, le 39 12 de l’Annuaire Universel.

Le reportage commence par un comparatif de prix qui montre que le nouveau venu est 40% moins cher que France Télécom.

Puis suit un test des services, effectué par le journaliste de France 2.

Avec le 12 de France Télécom, le renseignement est obtenu en moins de 40 secondes.

Du côté du 39 12, le test tourne au ridicule : difficulté à se faire comprendre par le standardiste, pas de résultat au bout de 4 minutes, explication du mauvais résultat par la délocalisation du centre d’appels à l’étranger, puis clôture avec le fameux « 22 à Asnières » de Fernand Raynaud.

De notre côté, nous avons testé les services et le 39 12 nous est apparu aussi performant que celui de France Télécom.

Le 17 mars 2005, Le Parisien - Aujourd’hui en France a publié une enquête de Marc Pellerin sur le 39 12 et a titré en première page :

« Le 39 12 moins cher que le 12 - Après avoir gagné une bataille juridique contre France Télécom, un spécialiste du marketing casse les prix. Et ça marche ! »

L’article, en page intérieure, est plutôt élogieux pour le nouvel arrivant, même s’il comporte quelques réserves. Il nous apprend par ailleurs que le 39 12 offre, pour chaque appel, 5 minutes de conversation gratuite pendant les 3 premiers mois de lancement.

Pourquoi France 2 ne nous a-t-il pas informé de cette offre promotionnelle ?

Pourquoi France 2 a-t-il dénigré ce nouveau concurrent de France Télécom ?

Est-ce parce que France Télécom est un des plus gros annonceurs de France 2 ?

Le 20 heures et Silvio Berlusconi

L’édition du 20 heures de France 2 du 16 mars 2005 présentait un reportage sur l’ annonce faite par Silvio Berlusconi du prochain retrait des troupes italiennes d’Irak.

Après avoir rappelé cette décision du Premier ministre italien, le correspondant de France 2 à Rome affirme : « La presse s’interroge sur les arrières pensées du Premier ministre » et sous-entend que cette décision n’est due qu’à de basses intentions électoralistes.

Afin d’ appuyer cette idée de manipulation, le journaliste a effectué un micro trottoir dont il n’a gardé qu’ un seul témoignage : « Nous sommes tous en train de manifester contre cette guerre absurde, pour que ces choses ignobles n’arrivent plus et que l’Italie se retire. Alors, si M. Berlusconi pouvait éviter de faire ce genre de déclaration avant, pendant la campagne électorale, ça nous ferait grand plaisir».

Puis, le correspondant de France 2 à Rome a interrogé un journaliste du quotidien communiste Il Manifesto, qui est un opposant à la politique de Berlusconi en général, et en Irak en particulier. C’est notamment le journal où travaille Giuliana Sgrena, l’otage italienne qui a été récemment libérée à Bagdad.

Lors de cet entretien, le journaliste d’Il Manifesto critique la politique de Berlusconi : « Quelles que soient les raisons pour lesquelles Silvio Berlusconi a pris cette décision ici c’est un soulagement les Italiens voient enfin la possibilité de sortir du bourbier irakien ».

Ensuite, rien.

Pas de contrepoint, pas d’interview de Silvio Berlusconi, d’un de ses proches ou d’un simple passant qui soutiendrait sa position.

Tout ce que les téléspectateurs de France 2 auront appris ce soir là, c’est que l’Italie se retirait d’Irak (information démentie par la suite), que 75% des Italiens sont opposés à la présence de troupes italiennes en Irak, et que si Berlusconi retire ses troupes d’Irak, c’est uniquement pour des raisons électorales. Rappelons que les élections générales italiennes n’auront lieu qu’en 2006.

Pourquoi France 2 ne fait-elle pas aussi parler des Italiens qui pourraient avoir un autre avis sur la question ?

Est-ce parce que France 2, chaîne publique, doit absolument suivre les orientations du Quai d’Orsay, qui est notoirement opposé à la diplomatie italienne sur de nombreux points, et sur l’Irak en particulier ?

Si l’on suit la même logique, pourquoi, par exemple, ne pas appliquer cette grille de lecture manœuvrière à la vie politique française ?

Pourquoi ne pas rappeler que lorsque le gouvernement français recule sur les salaires, face aux fonctionnaires ou aux lycéens, c’est parce qu’il a en tête le référendum sur le traité constitutionnel, qui aura lieu dans deux mois ?

-----------------

Il apparaît donc que France 2 a, au sein de ces deux reportages télévisés diffusés le même jour, enfreint les critères suivants de la méthode PHILTRE :

- Homogénéité : présentation équilibrée des avis divergents,

- Responsabilité : au nom d’une éthique de la vérité, le journaliste ne doit pas choisir de présenter une vérité unilatérale,

- Indépendance : indépendance par rapport aux annonceurs,

- Liberté : liberté par rapport à son actionnaire.

N'hésitez pas à réagir à cet article
Envoyer cet article à un ami
Recevez l'actualité de Media-Ratings :

contact@M-R.fr