Media-Ratings observe et analyse le contenu des médias suivants :
&
  • d'autres médias écrits et audiovisuels

Le Monde diffame en première page et corrige en catimini

Mis en ligne le 9 mars 2005

Le 15 février 2005, Le Monde présente en première page un article de Catherine Simon intitulé « L’enseignement du berbère en France est aussi une affaire politique » qui s’ouvre ainsi : « Les uns crient au « scandale », les autres parlent de « chasse aux sorcières » ».

Cet article accable un homme, Hocine Sadi, qui a été nommé « responsable coordinateur des enseignements et épreuves de berbère ».

Tout au long de cet article, la parole est donnée au détracteur principal de M. Sadi, Salem Chaker, qui n’est autre que son rival malheureux pour l’obtention de ce poste, visiblement convoité.

Des insinuations sont proférées à l’encontre de M. Sadi à qui il est reproché, entre autres, de ne pas avoir les compétences de l’emploi, et d’ avoir un frère, Saïd Sadi, qui dirige un parti politique très proche du pouvoir algérien.

L’affaire aurait pu en rester là si M. Sadi n’avait pas fait publier un droit de réponse dans Le Monde du mardi 8 mars 2005 « Une lettre de Hocine Sadi » dans laquelle il réfute les accusations du Monde.

Malheureusement pour M. Sadi, cette mise au point a été publiée trois semaines après la publication en première page de l’article diffamatoire, et en catimini , au bas de la page 4 du Monde du 8 mars 2005.

Nous avons alors recherché les sources de la journaliste du Monde, Catherine Simon, pour essayer de mieux comprendre cette affaire. Nous avons trouvé ce site – Tamazgha - où Salem Chaker s’exprime librement et abondamment. On y apprend entre autres choses, que selon lui, il ne faut pas négliger le fait que M. Chirac soit allé à Alger en 2004 et que cela ait pu avoir une influence sur la nomination de M. Sadi. Est-il nécessaire de commenter cette allégation ? Monsieur Chirac interviendrait-il réellement sur les nominations de professeurs de berbère en France ?

Dans la méthode PHILTRE, le critère de Transparence - visibilité des rectificatifs publiés et suites données aux erreurs – est un de ceux qu’il est le plus difficile à analyser. Toutefois, lorsque Le Monde bafoue à ce point là ce critère, et y ajoute la volonté de nuire par la présentation non équilibrée des avis divergents, critère d’ Homogénéité, on peut se demander quelles suites vont être données à cette affaire.

Gageons que la nouvelle direction du Monde enquêtera sur ces dysfonctionnements et en informera ses lecteurs.

Notons, de façon anecdotique, le « sérieux » de l’article de Mme Simon où le nom de M. Sadi n’a pas été orthographié correctement puisqu’il lui a été ajouté un « a » superflu : Saadi.

N'hésitez pas à réagir à cet article
Envoyer cet article à un ami
Recevez l'actualité de Media-Ratings :

contact@M-R.fr