Media-Ratings observe et analyse le contenu des médias suivants :
&
  • d'autres médias écrits et audiovisuels

Nouveaux éléments accablants dans la mise en scène de Francetélévisions

Mis en ligne le 3 février 2005

Dans la polémique qui oppose France 2 à l’agence de presse israélienne Mena et qui a été relancée par la conférence de presse de Mme Chabot du 18 novembre 2004, nous avons étudié les éléments présentés par France 2, ceux présentés par la Mena, nous avons enquêté et nous avons conclu que les accusations portées par la Mena étaient fondées.

Nous les avons donc reprises à notre compte dans deux articles :

- France 2 : Arlette Chabot et Charles Enderlin doivent être démis de leurs fonctions immédiatement paru le 22 novembre 2004

- Arlette Chabot devrait lâcher son falsificateur paru le 29 décembre 2004.

Depuis, d’autres médias et personnalités médiatiques se sont intéressés à l’affaire.

Le magazine Jeune Afrique a publié un article exhaustif sur cette affaire le 23 janvier 2005 : L’horreur manipulée ?.

Cet article est non seulement complet mais il est aussi honnête et argumenté.

Toute personne qui s’intéresse à ce dossier doit lire cet article.

De leur côté, Denis Jeambar et Daniel Leconte ont publié un article courageux dans Le Figaro du 25 janvier 2005 auquel Charles Enderlin a répondu le 27 janvier 2005.

Si vous ne parveniez pas à trouver ces articles, cliquez ici articlesjanvier2005@M-R.fr, nous ne manquerons pas de vous les envoyer.

Ajoutons que Denis Jeambar et Daniel Leconte ont complété leur article par une interview sur RCJ qui a été diffusée le 1er février 2005 (extraits retranscrits plus bas) dans laquelle ils sont beaucoup plus explicites et accusateurs envers Charles Enderlin que dans leur article du Figaro.

Tous ces éléments nous amènent à conclure qu’il n’existe toujours aucun doute sur le fait que France 2 a bien diffusé une mise en scène le 30 septembre 2000.

Pourtant, France 2 continue de masquer la vérité et tente d’intimider ceux qui la mettent en cause tout en pratiquant une opacité totale sur les images qu’ils détiennent.

Voici un récapitulatif des informations et des incohérences sur la version fournie par France 2 que nous avons apprises lors de ces derniers développements :

- CNN avait refusé les images que France 2 a diffusées le 30 septembre 2000

- Denis Jeambar et Daniel Leconte ont enquêté sur cette affaire et se sont retrouvés « accusés d’être complice d’une manœuvre malhonnête, voire conspirationniste »

- Denis Jeambar et Daniel Leconte rejettent l’idée que ce puisse être une mise en scène mais tout leur raisonnement ainsi que leurs déclarations à la radio (voir plus bas) contredisent leur prudence. Dans leur article du Figaro, ils déclarent : « Nous sommes prêts à écarter les accusations de mise en scène de la mort de l’enfant si le visionnage de l’ensemble des rushes confirme ce que Charles Enderlin a déclaré à deux reprises au moins, dont à Télérama : «J'ai coupé l'agonie de l'enfant. C'était insupportable... Cela n'aurait rien apporté de plus.»…Or quelques lignes plus loin, voici ce qu’ils écrivent « Cette fameuse « agonie » qu’Enderlin affirme avoir coupée au montage, n’existe pas »

- France 2 ne détient pas les images de l’agonie de l’enfant puisqu’elles n’existent pas

- France 2 a couvert ce mensonge de Charles Enderlin pendant plus de quatre années

- Charles Enderlin ne répond pas aux mises en cause de MM. Jeambar et Leconte

- Le caméraman palestinien qui a tourné la mise scène a fait une fausse déclaration sous serment au Centre Palestinien des Droits de l’Homme sur ce pseudo assassinat

- France 2 a choisi ce même caméraman pour effectuer une contre enquête qui s’est révélée inconsistante

- La prétendue fusillade fatale a eu lieu a 15 heures alors que l’hôpital de Gaza a enregistré l’entrée de Mohamed Al Doura avant 13 heures.

Pour ceux qui n’auraient pas la possibilité d’écouter l’intégralité de l’interview de Jeambar et Leconte, en voici quelques extraits :

Concernant les images qui sont dans les fameux rushes que détient France 2 et qui ont été tournées le même jour au même endroit et par le même caméraman.

Denis Jeambar : « … il n’y a que de la mise en scène dans les rushes…. Ils simulent des blessures… On les voit tomber. Quand ils ont l’impression qu’il se passe rien, ils se redressent. On évacue des gens qui n’ont aucune blessure. »

Daniel Leconte : « Autour de la table, quand nous étions avec des représentants de France 2, ils ont bien été obligés de reconnaître comme nous que c’était de la mise en scène. Et quand on leur a dit « vous voyez bien que c’est de la mise en scène », l’un d’entre eux nous a dit en souriant « mais oui, mais tu sais bien que c’est toujours comme ça ». Toi tu sais peut-être mais le téléspectateur, il ne sait pas. »

Concernant la réponse d’Enderlin parue dans le Figaro du 25 janvier 2005

Daniel Leconte : « Il ne répond sur aucun des points que nous avons soulevés, ce qui veut dire en gros qu’il nous donne raison et qu’il ne remet pas en cause ce que nous avons dit. »

Concernant cette phrase de Charles Enderlin extraite de son article paru dans Le Figaro du 27 janvier 2005 : « pour moi, l'image correspondait à la réalité de la situation non seulement à Gaza, mais aussi en Cisjordanie »

Daniel Leconte : « ça correspond à ce que l’opinion française veut entendre à ce moment là. On a une grille de lecture de ce qui se passe au Proche-Orient et des faits sont convoqués pour entretenir cette grille de lecture.

Personne n’est à l’abri d’une erreur. Le minimum, c’est quand on fait des erreurs comme celle là, qui sont aussi graves avec autant de conséquences, c’est d’essayer de le reconnaître. »

Denis Jeambar : « La phrase qu’il écrit dans Le Figaro est quand même contraire à ce qu’est ce métier [journaliste]. On n’est pas là pour essayer d’imaginer des images qui vont donner le reflet d’une situation. On est là pour donner des faits, la réalité des faits et non pas pour les réinterpréter. La vérité n’est pas celle que l’on veut. La vérité est dans la réalité. Cette phrase est préoccupante du point de vue journalistique. On n’a pas le droit de ne pas reconnaître quand on s’est trompé. »

---------------------

Compte tenu des difficultés que nous rencontrons actuellement pour que la réalité soit révélée par France 2 ou par les autres médias, nous continuons notre travail d’information auprès des médias étrangers ainsi qu’auprès de personnalités médiatiques et politiques françaises.

Nous publierons prochainement un compte rendu de ces actions.

Par ailleurs, en attendant que la justice se saisisse de l’affaire, nous avons commencé à constituer une commission indépendante chargée d’établir la réalité des faits.

Certains journalistes et universitaires se sont déjà portés volontaires pour y participer.

Si vous êtes journaliste ou universitaire, que vous êtes concerné par l’éthique des médias, et que vous souhaitiez participer à la recherche de la vérité, nous vous invitons à nous contacter : commissionF2@M-R.fr

N'hésitez pas à réagir à cet article
Envoyer cet article à un ami
Recevez l'actualité de Media-Ratings :

contact@M-R.fr