Media-Ratings observe et analyse le contenu des médias suivants :
&
  • d'autres médias écrits et audiovisuels

Otages français : servilité des médias français

Article mis en ligne le 19 octobre 2004 et corrigé le 25 octobre 2004 (révélation de la 3ème cassette).

Cela fait maintenant 2 mois que les otages français et leur chauffeur syrien ont été enlevés en Irak.

Nous souhaitons ardemment que leur libération, ainsi que celle de tous les autres otages, survienne le plus rapidement possible.

Plusieurs délégations ont tenté de libérer nos otages mais aucune tentative n’y est parvenue : ni l’officielle menée par Michel Barnier, ni celle conduite par certains membres du Conseil Français du Culte Musulman, ni l’initiative du député Julia et de son aide Philippe Brett.

Les jours passent et les médias ne nous apprennent pas grand chose.

Rappelons qu’une première cassette vidéo des otages français a été diffusée par Al Jazeera le 26 août 2004. Celle-ci a été ensuite montrée par les chaînes de télévision françaises sans aucune restriction.

Au début du mois d’octobre 2004, soit quelques jours après l’échec de la mission Julia, le gouvernement français affirme avoir reçu le 22 septembre une cassette des otages datée du 18 septembre 2004.

Le13 octobre 2004, le gouvernement français annonce la reprise des contacts indirects avec les ravisseurs.

Cette cassette du 18 septembre a été projetée à certains responsables politiques avant d’être transmise aux familles des otages.

Les informations dont nous disposons pour savoir ce qu’il y a dans cette cassette ne sont que les commentaires de ceux qui l’ont vue.

Aucun média ne nous en a appris plus.

Nous avons donc cherché à connaître le contenu de cette cassette en nous adressant directement à l’une des familles.

Nous avons alors appris que dans cette cassette, chaque otage français parle 5 à 6 secondes en arabe. Leurs propos sont traduits en français de façon simultanée. D’après ce que nous savons, chaque otage y décline son identité, son ascendance ainsi que le média pour lequel il travaille. Il semblerait aussi que la date du 18 septembre est précisée.

Certains journalistes ont tenté de se procurer la cassette du 18 septembre. Le gouvernement français a interdit aux familles Chesnot et Malbrunot de la communiquer.

Or, si la retranscription des paroles prononcées en arabe par les otages est exacte, cette nouvelle cassette ne contient rien de plus que la première et rien qui ne puisse s’apparenter à un quelconque secret d’état.

Pourquoi alors cette seconde cassette ne peut-elle pas être diffusée ?

Pourquoi a-t-on demandé aux familles de ne transmettre ces images à personne ?

Pourquoi ceux qui ont vu cette cassette peuvent-ils en raconter le contenu mais ne peuvent-ils pas la communiquer ou la montrer ?

Pourquoi le gouvernement français a-t-il révélé l’existence de cette seconde cassette si tardivement (plus d’une semaine après sa prétendue réception) ?

Pourquoi cette seconde cassette n’a-t-elle pas été transmise à Al Jazeera (ou à une autre chaîne arabophone) comme cela est le cas pour les autres prises d’otages ?

Qu’est-ce qui permet de dater de façon certaine cette seconde cassette au 18 septembre 2004 (indépendamment de la traduction française fournie par le gouvernement français) ?

Quels sont les éléments qui permettent au gouvernement français d’affirmer que nos otages sont toujours en vie ?

Comment se fait-il que ces questions simples n’aient jamais été posées ?

Rappelons que les responsables politiques et les familles qui ont visionné cette cassette ne sont pas arabophones. Ils dépendent donc pour sa compréhension de la traduction qui leur a été fournie.

Est-ce que la traduction qui a été fournie à ceux qui l’ont vue a été falsifiée ?

Cette cassette du 18 septembre 2004 serait-elle un faux ?

Rappelons que les familles des otages et les responsables politiques qui ont pu visionner la cassette du 18 septembre ne sont pas des spécialistes de l’image.

Est-ce que cette seconde cassette est un montage tiré de la première ?

Enfin, pourquoi tant de mystères autour de cette cassette qui semble apparemment bien anodine ?

Selon le critère d’ Indépendance de la méthode PHILTRE, les médias doivent être indépendants de leurs sources – le journaliste analyse-t-il les informations de sa source ? - en l’occurrence le gouvernement français.

Selon le critère de Liberté de la méthode PHILTRE, les médias ne doivent pas pratiquer d’ autocensure.

Lorsque la crise des otages sera dénouée, aura-t-on enfin la possibilité de voir cette fameuse cassette du 18 septembre 2004 ?

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Nous avons interrogé le Ministère des Affaire étrangères français pour obtenir les réponses à nos questions et éventuellement une copie de la cassette.

Voici ce qui nous a été répondu :

- Cette cassette n’est disponible ni pour le grand public, ni pour les journalistes.

- Seul le gouvernement, la famille et certains responsables politiques y ont eu accès.

- Cette politique de communication a été décidée par les services du Premier Ministre afin de « ne pas heurter les sensibilités ».

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Nous avons donc interrogé les services du Premier Ministre français pour obtenir les réponses à nos questions et éventuellement une copie de la cassette.

Sans succès. Nous n’avons pas reçu de réponses à nos questions.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dernière minute : nous venons d’apprendre que le gouvernement français aurait reçu une troisième cassette où nos otages s’expriment en anglais. [Pour être précis, rappelons que le gouvernement français dit ne pas recevoir de cassettes vidéo des ravisseurs mais des CD ROM].

Georges Malbrunot et Christian Chesnot s’y présenteraient et donneraient la date du jour de l’enregistrement.

Ce message serait rassurant pour les familles Malbrunot et Chesnot qui l’auraient reçu - par porteur, comme pour la précédente cassette - aux alentours du vendredi 22 octobre 2004.

Le gouvernement aurait à nouveau interdit aux familles d’en divulguer le contenu.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Afin de dissiper les doutes, les malentendus et d’obtenir les réponses aux questions soulevées, nous suggérons au gouvernement français de procéder à la diffusion, à une heure de grande écoute, de la première cassette du 18 septembre en version originale arabe (éventuellement sous-titrée) et de celle qui aurait été récemment remise aux familles.

Ainsi, tout le monde pourra être rassuré sur le sort de nos otages.

N'hésitez pas à réagir à cet article
Envoyer cet article à un ami
Recevez l'actualité de Media-Ratings :

contact@M-R.fr