Media-Ratings observe et analyse le contenu des médias suivants :
&
  • d'autres médias écrits et audiovisuels

La Logan de Renault : info ou pub ?

Le lancement de la nouvelle Renault à 5 000 € aura été la vedette des médias français (presse, radios et TV confondues) alors qu’à la même période on célébrait les commémorations du 60ème anniversaire du débarquement en Normandie.

N’est-ce pas beaucoup pour le lancement d’une voiture ? Y avait-il moyen d’être un peu moins séduit par cette « vraie voiture à 5 000 € » ( Le Monde du 6-7 juin 2004) ? N’a-t-on pas assisté à une campagne de pub offerte à l’un des plus gros annonceurs français ?

A la lecture des 8 quotidiens que nous suivons, on peut se demander (à quelques exceptions près) où se situe le frontière entre publi-reportage et information.

Avant tout, notons que la première page (photo ou texte) a été offerte à la Logan par La Croix, Libération, l’Humanité et La Tribune.

Hiérarchisation de l’information

Le Figaro semble être le quotidien qui traite de la Logan avec le plus distance, reléguant à la page saumon IV du 3 juin l’annonce de son lancement. Il tempère l’optimisme du PDG de Renault avec les propos du directeur du projet de ce véhicule, Jean Marie Hurtiger qui explique que la Logan « devrait être vendue en moyenne 6000 ou 6500 euros », ajoutant « cela dépendra de la stratégie commerciale de chaque pays ».

Les Echos ne se sont pas non plus emballés pour la Logan puisque ce 3 juin ils n'en traitent que dans un petit tiers de la page 20 de la partie « Entreprises et Marchés » du journal. On apprend que la Logan sera le plus souvent disponible à 8 000 voire à 10 000 € « Louis Schweitzer est resté vague sur la fourchette de prix (…) qui atteindra dans certains cas les 9 000 ou les 10 000 euros ».

Publicité offerte

A la lecture d’autres quotidiens, il apparaît que la frontière entre publicité offerte et information est peu étanche.

Le cas le plus remarquable est celui de Libération qui a publié un premier papier assez critique le 2 juin sur la Logan : « Un bond qualitatif... vers le bas afin d'investir de «nouveaux relais de croissance» pour la marque au losange »

Mais Libé s’est bien rattrapé dans l’édition suivante du 3 juin en offrant, sous un titre pourtant critique : « Logan, une voiture qui roule au sLogan », la plus grande place à la Logan de toute la presse : un cadre en première page accompagné d’une photo, quatre articles développés qui occupent deux pages sous la rubrique « évènement ». Un édito est consacré à ce « défi économique », une petite phrase du PDG de Renault, Louis Schweitzer, mise en avant : « Cette voiture impossible est la voiture de l’exploit » et enfin, une grande photo (sortie du catalogue publicitaire ?) présentant avantageusement la Logan avec l’ensemble de ses équipements et caractéristiques techniques.

Heureusement, la publicité clandestine en presse écrite n’est pas sanctionnée par le CSA (contrairement à la radio et à la TV)…

Le Monde du 6-7 juin ne fait pas beaucoup mieux que Libé en titrant à la manière d’un sLogan d’une réclame des années 60 « Une vraie voiture à 5 000 € » et en sous titrant : « La Logan(…) est robuste, austère mais loin d’être mesquine ». Notons quand même que dans ce concert de louange, on apprend que le prix de la Logan est sous-estimé par le constructeur.

L’Humanité du 3 juin annonce en page 11 : « La Renault à 5 000 euros » sous titrant la photo du véhicule : « La Logan, vendue sous la marque Dacia, est à la pointe de la technologie et de la modernité. »

En revanche le journal rappelle que L. Schweitzer, soulignant « le droit légitime » des habitants des pays émergeants à l’automobile, n’a, à aucun moment parlé des conséquences de l’accès à la voiture pour tous : Quid de la disponibilité du prix des carburant et de la pollution atmosphérique ? Aucun journaliste n’en parle et l’Huma ne fait que l’évoquer. C’est dommage.

Pointer les problèmes écologiques n’est évidemment pas le boulot du patron de Renault.

En revanche s’interroger sur sa responsabilité dans ce domaine est sans aucun doute le travail du journaliste.

La Croix (du 3 juin) de son côté, offre plus des deux tiers d’une page à la Logan : grande photo en couleur et le commentaire qui suit « Il s’agit s’un pari industriel énorme. Jamais un constructeur n’était allé aussi loin dans la conception d’un véhicule bon marché » avec en prime citation de M. Schweitzer introduisant la conclusion de l’article : « C’est une voiture de l’exploit, car on fait quelque chose qui ne s’était jamais fait et que l’on ne pensait pas pouvoir faire. »

Erreurs volontaires ?

La première page de La Tribune du 3 juin proclame « La Logan de Renault : 700 000 ventes par an ».

Le journaliste est-il devin ? Ou reprend-il sans aucune distance les prévisions de Renault ?

Afin que personne n’oublie que cette voiture ne coûtera que 5 000 €, cela nous est répété 4 fois. Mais… la conclusion nous apprend que le prix de cette voiture « devrait assez souvent dépasser les 5000 €, selon les options et les marchés. »

Aujourd’hui en France du 3 juin titre « La Logan en France dès septembre ? ».

Puis suit un article d’une demi page commence par « Qui n’a jamais rêvé d’une voiture neuve à 5 000 € ? »

L’angle de ce papier consiste à répondre à cette question : comment un français peut-il obtenir cette voiture au plus vite ? Avec cette petite phrase mise en évidence : « Solidité, fiabilité et entretient réduit ». Rien sur son prix plus cher qu’annoncé, rien sur les conditions de fabrication, rien sur les licenciements que cela a engendré, rien sur les conséquences écologiques dans les pays émergents (les autres journaux abordent tous au moins un de ces points). Rien d’autre qu’un article promotionnel suscitant l’envie de posséder ce véhicule.

Selon la méthode PHILTRE il s’agit de l’article le moins bien « PHILTRÉ ».

Enfin et pour conclure, on est amené à se poser les questions suivantes :

- Pourquoi les médias sont-ils à ce point là « aux ordres » devant Renault ?

- Pourquoi tous ces articles promotionnels ?

- Quelle marge de liberté avaient les journalistes face aux exigences de leur régie publicitaire ?

Rappelons que Renault était le premier annonceur publicitaire de la presse française en 2002 et le second en 2003.

Y a-t-il un rapport de cause à effet ?

Pourquoi tant de bruit dans les médias pour une voiture que les français ne pourront probablement pas acheter (et qui n’est pas encore disponible ailleurs) ?

Au fait, combien de fois avons-nous cité la Logan ? 19 fois !

N’avons-nous pas fait nous aussi un peu de pub à cette « voiture de l’exploit » ?

N'hésitez pas à réagir à cet article
Envoyer cet article à un ami
Recevez l'actualité de Media-Ratings :

contact@M-R.fr